Mizon (Louis) (1853-1899)

Imprimer
Louis Mizon dans Le Tour du Monde, 1892
Louis Mizon dans Le Tour du Monde, 1892 (©CAOM sous réserve des droits réservés aux auteurs et ayants droit)
Louis Mizon entre dans la Marine en 1869. De 1880 à 1883 il est au service de Brazza mais se brouille avec lui. Rempli d'animosité il écrit au ministre de la Marine le 20 novembre 1885 : “Avec la déloyauté la plus insigne Monsieur de Brazza s'attribuait la fondation et la construction de la station de Franceville et donnait comme son œuvre tout ce que j'avais fait pendant un an et demi tant sur l'Ogooué que sur les hauts plateaux entre ce fleuve et l'Alima… craignait-il que l'on apprît en France qu'il y avait en Afrique un autre officier de marine apportant le même dévouement que lui à la cause de ses intérêts français dans ces contrées, souvent malade et sans ressources comme il l'avait été lui-même et comme lui se mettant au-dessus des souffrances physiques et morales inhérentes aux expéditions de ce genre”. De 1890 à 1892 on le retrouve dans l'Adamaoua chargé par le Comité de L’Afrique française d’ouvrir la route Niger-Congo par la Bénoué et la Sangha. En 1895 il est nommé administrateur à Majunga et en 1898 à Mayotte. Il se suicide semble-t-il en 1899 sur le bateau qui le conduit à Djibouti dont il vient d'être nommé gouverneur.


Fermer